Commercialisation occasionnelle de champignons par des particuliers

Avis aux récolteurs de champignons

Les ramasseurs doivent prendre toutes les mesures utiles pour garantir que la commercialisation des champignons sauvages répond aux exigences de la législation.

La récolte de champignons à des fins lucratives en quantités commercialisables peut être soumise à une autorisation du canton dans lequel les champignons sont ramassés. De plus, les cueillettes peuvent faire l’objet de restrictions. Il appartient au ramasseur de se renseigner auprès du canton où sont réalisées les cueillettes.

Les champignons ainsi récoltés doivent obligatoirement être contrôlés par une personne compétente. Il peut s’agir soit du récolteur lui-même s’il peut prouver auprès des instances cantonales de contrôle des denrées alimentaires (service de la consommation et des affaires vétérinaires) qu’il possède les connaissances nécessaires, soit par un(e) expert(e) en champignons VAPKO.

La liste des espèces autorisées à la commercialisation est limitée. Les espèces autorisées sont mentionnées dans l’annexe 1 de l’Ordonnance du DFI sur les champignons et la levure (RS 817.022.106) qui peut être consultée en ligne : http://www.admin.ch/ch/f/rs/8/817.022.106.fr.pdf.

Le vendeur doit fournir à son acheteur (par colportage ou auprès de commerces connus de lui-même) un bulletin de contrôle spécifiant les quantités, les espèces autorisées, la date du contrôle. Ledit bulletin doit être signé par le contrôleur.

En présentant votre récolte à un(e) expert(e) VAPKO, il vous incombe de lui signaler que les champignons soumis au contrôle sont destinés à la vente ou à être remis gratuitement à une fête ou une manifestation. Il établira alors un bulletin de contrôle en bonne et due forme.

Avis aux expert(e)s en champignons VAPKO

Lors des contrôles de champignons, si les quantités sont importantes, assurez-vous que ces champignons ne sont pas destinés à la mise en vente ou à être remis gratuitement pour une fête ou une manifestation. Dans ces derniers cas, établissez un bulletin de contrôle mentionnant les espèces contrôlées, leur poids et la date du contrôle. Ce bulletin doit impérativement être signé et un double précieusement conservé en cas de contestation.

Seules les espèces figurant sur la liste de l’annexe 1 de l’Ordonnance du DFI sur les champignons et la levure (RS 817.022.106) peuvent être commercialisées. Il vous appartient donc de vous assurer que les champignons présentés figurent bien sur la liste précitée.

Exemples (liste non exhaustive) de champignons admis pour la consommation personnelle mais pas à la vente :

Amanita vaginata, Clitocybe nebularis (avec recommandations), Coprinus comatus sauvages, Cortinarius varius, Hygrophorus agathosmus, Tricholoma terreum.


VAPKO – Groupement romand / JMD / mars 2013